lundi 19 mai 2008

Oasis


Une audition, une vraie, pour un poste qu'on désire vraiment, parce que l'équipe est de qualité, parce que les enseignements sont intéressants, parce que géographiquement, c'est l'endroit où l'on veut habiter au moins pour les quarante prochaines années et même y mourir pour mieux y vivre à jamais.

Une audition pour elle-même, pas pour un poste à tout prix, mais juste pour celui-là, parce qu'au milieu de plus de 20 projets de recherche, c'est le seul en lequel on croyait vraiment, le seul pour lequel on avait un réel désir d'aboutissement, le seul qu'on n'a pas eu besoin d'enjoliver. Parce qu'on a lu et admiré la production scientifique de ses acteurs bien avant de savoir qu'un poste serait ouvert là-bas. Parce que plus on réfléchit, plus on sent que c'est là qu'on fera la meilleure recherche. Parce qu'on a bien vu que le poste est aux dimension de quelqu'un qui vient juste de soutenir sa thèse dans ce laboratoire mais qu'on a tellement envie d'y croire que cela n'a pas vraiment d'importance.

Je n'osais pas en rêver mais je suis finalement auditionnée sur un poste taillé à la mesure de mes envies et non de mes compromis et c'est aussi bon qu'un mango lassi glacé dans la touffeur d'un été oppressant, alors je savoure jusqu'à la chute,..... chut.......ne dîtes rien, laissez l'aspirante MCF aspirer à quelque chose, l'air frais est rare en cette saison.

2 commentaires:

Baptiste a dit…

A mon avis, c'est un bon début de topo d'audition, ce billet. On n'entend pas beaucoup ce genre de choses d'habitude. [c'est plutôt : "je vais commencer par rappeler mon parcours...."].
Tentez-donc l'honnêteté directe !

Pandore a dit…

Merci pour ce conseil. Cependant, j'hésite, quand il y a autant d'enjeux, on a peur de de prendre des risques, que l'auditoire doute de notre sincérité...