samedi 31 mai 2008

Echo de campagne...

Anonyme, un d'entre eux en tout cas, me demandait à très juste titre pourquoi j'acceptais de me faire la complice du jeu de dupes qu'est la campagne de recrutement et si je pensais vraiment m'épanouir dans le Small World.
J'avais décidé d'attendre la fin de la campagne pour lui répondre, Mirza vient de le faire sur son blog, j' y retrouve beaucoup des arguments que je voulais mettre en forme. En attendant que je m'y colle, je vous invite à aller lire que chez elle aussi, ce n'est pas le retour du beau temps...

18 commentaires:

Anonyme a dit…

Salut

Je fait parti des énièmes dans la même situation que toi qualifié cette année, après des contacts prometteurs avec certaines commissions, résultats : aucunes auditions

Un mr X m'a avoué que mon CV (trop bon) risquait de perturber les "candidatures locales" ....

Prometteur pour l'année prochaine à n'en pas douter...

Voilà en attendant, si quelqu'un est partant pour un rdv collectif chez Pecresse, ou une action quelconque a notre ministère, faite vous connaître... Si il y a du monde, un petit collectif pour la rentré ? qu'a t'ont a perdre à exister ???

Mmh?

VV


Kalo koraio a tous

Anonyme a dit…

On parle beaucoup de l'obscurantisme dans le système de distribution des postes. Pourtant, il en est de même quant à l'attribution des bourses. Pourquoi n'en parle-t-on pas?

Je serai par ailleurs curieux de connaitre la corrélation entre attribution des bourses et obtention des postes (ou, quand les futures titulaires sont choisis très tôt -quels que soient leurs résultats- et que l'on envoie les autres dans le mur en toute discrétion, ou encore : quand les racines du mal sont au plus profond du système...).

Pandore a dit…

VV, on peut motiver un nombre assez important de personnes je pense. A l'heure des réformes et grands projets, peut-être qu'il serait bon que les précaires puissent faire entendre leur voix. En tout cas, je suis prête à m'investir dans le collectif NO-LOCO :)

Anonyme1, il y a des injustices et des rouages grippés à tous les niveaux. J'ai choisi de réserver ce blog à l'après-thèse mais il y aurait des anecdotes encore plus sales sur l'avant et le pendant....

Anonyme a dit…

re

Anonyme a dit…

Salut Pandore
(message doublon merci les bas débits)

C'est quoi ça NOLOCO ?
perso, je ne tiens pas à rameuter les foules (quoi que...) , fonder un nouveau parti... etc

Non, je pense simplement qu'un groupe de personnes déterminés peuvent obtenir beaucoup.

déterminé ie, à ne pas servir :

à ne pas faire que des textes et de la théorie pour expliquer et démontrer notre situation... ça existe déjà (eg. "droit d'entrée")

de pions ou de soldats à des mandarins on a tous déjà bien donnée (eg SLR)

la soupe à l'UMPS, ils se servent déjà très bien.

Non, je suis personnellement contre ce gouvernement et ces "réformes", l'esprit autant que la lettre. Il ne s'agit pas d'en discuter, je préfère agir avec un chercheur en colère UMP, qu'avec un chercheur déprimé de gauche (avec lui je veux bien prendre un café).

Je pense qu'on peux obtenir ce pourquoi on s'est durement formés pendant 10 ans et +. Ie : 1) des postes de chercheurs PERENNES, éventuellement l'application de la loi, et pourquoi pas l'inderdication des candidatures locales.... (liste non exhaustive mais il suffie déjà d'être OK sur 1)

à condition d'aller les exiger auprès de qui il faut et comme il faut.

Je préfère y aller à 4 ou 5 bien convaincu qu'a 50 tout mou.

Qui est partant, y a du monde ???

PS
Concernant les financements de thèse et les bourses, franchement si c'est ta première année de thèse, barre toi ! (en toute amitié)

VV

Anonyme a dit…

C'est rigolot ça...

Mais il faudrait ce mettre d'accord sur le discours.

Les étudiants, ânonnent le discours de leurs enseignants en rabâchant : "l'université c'est pas fait pour professionaliser (y compris les chercheurs si on est cohérent jusqu'au bout) mais pour répandre le savoir", et une fois la thèse en poche, ces même étudiants tournent leur veste et disent "on nous a donné une thèse, on doit nous donner un poste"...

Peut-être qu'il faut reconnaitre que nous somme trop nombreux à être admis en thèse (au regard du nombre de postes qui ne sont pas extensible ad eternam), ou bien que l'université doit changer et permettre de se professionaliser, quelque soit le diplôme, et pas seulement se professionaliser dans les universités... Non?

Anonyme a dit…

Belle Pandore, ne vous désespérez donc pas...
De belle vacances vous attendent, dont le succès est quasiment acquis à l'avance, je pense à la mer, je pense à une île si belle qu'elle vous seriez enviée par les classés premiers de toutes les universités, je pense à la belle personne qui les partagera certainement avec vous, avec grâce et surtout ne la gaspillez pas, vous devez vous ménager pour que l'âme de guerrière qui vous anime soit si forte l'année prochaine que tous les candidats locaux plieront devant vous comme des roseaux. Je suis confiante et puis je vous imagine déjà dansant tout autour d'eux, en riant, en sachant que tout cela n'est pour vous important que selon qu'on le regarde de près, de loin, ou en dansant dans une belle robe de tulipe rose...

Anonyme a dit…

Je réponds à l'Anonyme du 2 juin 2008 14:48
En général quand on fait une thèse c'est pour faire un métier de la recherche et de l'enseignement académique.
Une des questions qu'on devrait se poser c'est pourquoi les profs en SHS prennent un nombre aussi considérable de thésards? Qu'est-ce que ces thésards deviennent après puisque le nombre de postes est limité? Il faut aussi penser à eux.
Le discours qui culpabilise les étudiants et les docteurs précaires est complètement incompréhensible.

MDel

Anonyme a dit…

""Mais il faudrait ce mettre d'accord sur le discours.""
je ne crois pas avoir tenu un discours, j'ai fait plus de 10 ans de recherches et d'études, j'ai acquis les compétences requises pour être chercheur, publié etc , je demande a passer les concours en toute "conformité" au regard des textes et ne pas être éjecté au profit d'un mandarina local (et je ne suis pas seul).

Pour le reste la question des objectifs de l'université est mal posée et échappe au cadre de ce modeste forum (regarde les textes des états généraux de la recherches).

J'ajoute que tout le monde se fiche de mon avis sur ces questions que je n'ai pas vraiment le luxe de me poser (ce qui n'empêche pas d'avoir une opinion).

VV

Anonyme a dit…

Mdel,
Si il y a autant de doctorants, c'est parce qu'ils rapportent de l'argent directement à leur directeur de recherche (1 doctorant = environ 2000 euros pour le directeur), ainsi qu'à leur université...

Le seul débouché pour un docteur est-ce l'université? La seule finalité de l'université est de se reproduire??? N'y a-t-il pas problème?

Anonyme a dit…

S'il y a autant de doctorants, c'est aussi parce qu'ils constituent un vivier de mains d'oeuvre servile et docile prêts à se taper en silence le sale boulot (vacations payées avec 6 mois à un an de retard)que ne veulent pas faire les titulaires. Le système fait que les titulaires qui bénéficient de ce système laissent entendre aux doctorants précaires (ceux dont on sait qu'ils n'ont pas de bourses et n'auront jamais de poste) que s'il sont bien sages et serviles, peut être, un jour, ils auront un poste.
En réalité ces docteurs sans postes ni avenir soit doivent suivre une nouvelle formation après leur thèse, soit se suicident (une idée des chiffres a ce propos?...)

Anonyme a dit…

Je suis totalement en accord avec le précédent.

Moi j'aime bien les gens qui crachent dans la soupe avant de se gaver avec, pour nous y a pas de soupe, l'argent qu'on raporte à la fac on en vois pas la couleur, on paye nos photocopies, on n'a pas de bureau, pas d'encadrement...

Il y a toujours quelqu'un pour nous laisser entendre que si on est bien gentil, docile, servile, alors peut-être on aura qqch l'année prochaine. En attendant, les fac tournent en broyant notre vie.

Le type qui dénonce les primes d'encadrement je serais pas étonné qu'il les touche.
Au fait j'aimerais bien avoir les sources de ces chiffres ? (jO, textes de lois etc...)

Avrel

Anonyme a dit…

Pardon,
Les Prime d'encadrement doctoral et de Recherche (PEDR) vont de 3482,12 euros, à 6578,06 par étudiant encadré...
Googlez, vous trouverez. Par exemple : http://www.univ-lille3.fr/fr/drh/votre-carriere/remuneration/primes/primes-enseignants/#pedr

Anonyme a dit…

Merci pour l'info
je sais combien au moins, j'ai rapporté à mon dr, ce pourri qui veux m'imposer sa signature sur mes travaux.

Avrel

miltonjack-ibou a dit…

petite précision sur les primes mentionnées: celles-ci sont accordées au compte-goutte, sont archi-sélectives et ne correspondent pas du tout à un décompte de thésards (i.e. ce n'est pas "n thésards = n*3500 €"), restons précis, notre critique des pratiques n'en sera que plus efficace!
(et 3500 € brut par an pour un profil "d'excellence", c'est relativement peu par mois il me semble! à comparer aux primes de $1000 par article de revue observées dans d'autres pays...)
(ex: le *directeur* de mon labo qui *encadre 3-4 doctorants* affirme qu'il n'est pas sûr de la réobtenir)

après, tout à fait d'accord sur le phénomène d'inflation de thésards afin de se constituer une armada d'esclaves dont les chances peuvent être quasi-nulles (en SHS, mais pas seulement), il y a des directeurs de thèse sans scrupules de se côté-là (avec un discours type "laissons faire Darwin!")

-
mais, plus largement, quid de toutes ces généralisations?

Anonyme a dit…

Et vous croyez vraiment votre directeur de recherche lorsqu'il vous dit qu'il n'est pas sûr de ré-obtenir ses primes?...(sacré Pygmalion!)

Ces généralisations signifient que de l'argent, l'Université en dispose beaucoup, mais qu'elle n'est pas capable de le répartir équitablement.

Ces généralisations veulent aussi dire que notre avenir ne vaut pas grand chose aux yeux des privilégiés de l'université.

Et aussi que ceux qui tiennent le discours chevaleresque et hypocrite "l'université est faite pour répandre le savoir" nous prennent pour des naïfs.

miltonjack-ibou a dit…

pour le directeur de mon labo, que je ne connais que depuis 6 mois et qui n'entretient concrètement aucun lien hiérarchique avec moi (surtout vu que je change de job dans 3 mois!), je le crois, oui! (sacré "tous pourris!", dis-je en écho, sans insister)

car indépendamment de qui je suis, il reste le fond: (i) la prime est attribuée par agent, pas par thésard, pour une période de 4 ans et après examen sélectif des candidatures, c'est la loi, et (ii) si à l'échelle de toute la France et pour tous les enseignants-chercheurs, 7000 primes * 5000€ (brut, en moyenne) soit 35M€ cela signifie que "l'université a beaucoup d'argent", il serait temps d'en sortir!


enfin, bref, je tenais surtout à apporter une précision sur les messages précédents qui laissent entendre à la façon d'une rumeur urbaine que ces primes sont calculées "par thésard" et qu'elles sont énormes (c'est au mieux un bon 13e mois)
(et afin d'éviter d'autres procès d'intentions je précise que je ne la touche pas et qu'en fait je ne la toucherai jamais)

-- je reste un farouche adversaire du localisme, qui me semble un problème relativement orthogonal à ces histoires de primes (à moins de vouloir renforcer le noir côté "profiteurs" des directeurs de thèse et autres patrons) et dont je suis bien content qu'on commence à le dénoncer proprement et en toute transparence (wiki BC, Docthèse OG&AL)...

Pandore a dit…

VV, NO-LOCO n'existe pas (encore?;)), c'était une simple boutade. A titre personnel, je reste à disposition pour témoigner, c'est bien ce que je fais en ce lieu et tout au long de la campagne.

Anonyme qui connait mon île, merci pour la poésie, c'est toujours doux pour le coeur et je sais qu'il y a mille raisons de penser qu'une campagne de recrutement n'est qu'une campagne.

Sur les trop nombreux doctorants, je suis tout à fait d'accord. Quand j'ai élevé la voix dans mon labo sur tous ces doctorants sans financement et sans avenir, on m'a renvoyé à Darwin... Les institutions laissent faire de toute façon, en tout cas dans certains établissements.

Merci à Milton pour la mise au point : les encadrants qui cumulent les doctorants le font bien plus pour des raisons de rentabilité scientifique que pécunière.