dimanche 8 juin 2008

Ste Pécresse, prends pitié de moi

Chère Madame la Ministre,

Je t'écris une lettre que que tu liras peut-être si, à l'instar des chercheurs que tu représentes, tu passes beaucoup de temps à procrastiner sur Internet en cachette dans ton bureau au lieu de te mettre enfin à ce rapport capital que tu dois envoyer dans deux heures.

Chère Madame la Ministre, je suis normalement une fille très sage et plutôt gentille. Je donne souvent des sous aux gens qui font la manche dans le métro à condition qu'ils ne jouent pas "Violetta" ou "La Bohème" au saxophone à moins de 10 cm de mon conduit auditif, je continue à aller voir ma grand-mère qui me traite à chaque fois de traînée délinquante parce que je ne suis pas mariée à mon âge et que je n'ai toujours pas de travail, je circule à vélo pour que les ours polaires puissent jouer à colin-maillard encore quelques années sur la banquise sans dériver vers la perfide Albion et je n'achète pas la presse people qui médit des starlettes anorexiques et se repaît de notre président boulimique de reconnaissance.

Comme tu vois, je fais ce que je peux pour essayer de mener une vie modeste mais honorable, en accord avec la morale judéo-chrétienne dans laquelle baigne la société où nous survivons toutes les deux malgré les assauts cocacolesques de M. Lelay et confrères pour essayer de promouvoir un monde de sexe, de mensonge et de reality people.

Pourtant, chère Madame la Ministre, il faut que je me confesse car, depuis quelques jours, il me vient des pulsions difficilement avouables. Autant le dire tout net, mes connexions trop fréquentes sur Antares, ton représentant à toi sur terre, ont été très néfastes. A l'heure où tout le monde compulse frénétiquement les Guides du Routard sécuritaire, le site de l'Office du Tourisme corse et le catalogue de Nouvelles Frontières, je dois bien l'avouer : cet été, je ne veux pas être Bernadette, ni Soubirou, ni Chirac. Cet été, je veux être une James Bond Girl.

Au lieu de passer la seconde quinzaine de juillet à randonner dans les montagnes d'Auvergne, j'ai des envies sauvages d'enfiler le bikini d'Ursula Andress et de sortir hors de l'eau ruisselante, la cuisse fuselée et le regard fauve pour surprendre Lucky sur la plage grecque où il passe l'été. Avec mon silencieux, je me glisserai telle une souple panthère derrière un cocotier et d'une simple pression de l'index, je l'aiderai à quitter ce cruel monde cruel.
Au lieu d'aller bouquiner sagement sur les plages bretonnes balayées d'embruns qui tentent en vain d'effacer le souvenir d'Erika, une amante souillone qui cochonna durablement les côtes, j'ai des envies de robe chinoise. J'aurais le regard bridé et le cheveux lisses comme de la soie pékinoise sur ma peau pâle comme une fleur de cerisier et je prendrai le train où Gloomy mange des oeufs durs et une pomme en allant chez sa mère-grand. Quand le convoi passera dans un tunnel obscure et sombre, je me glisserai telle une souple couleuvre dans son compartiment et d'un lacet prestement glissé autour de son cou, je l'aiderai à quitter ce cruel monde cruel.
Au lieu de parcourir la Hollande à vélo avec des sacoches joufflues, j'ai des envies de chignon blond patiné et de pommettes sculptées sous des yeux d'un bleu sibérique. Moulée dans un fourreau de satin cyan (RVB : 0, 255, 255), j'irai m'asseoir au bar de l'hôtel où Happy sirotera un Lagavulin 12 ans d'âge et sans glace. Quelques heures plus tard, quand il dénudera son torse virilement pileux dans la chambre luxueuse de sa suite en acajou et latex, tel un souple requin, je sortirai de l'échancrure de mon fourreau un pic ouvragé en argent et d'un coup rapide et précis, je l'aiderai à quitter ce cruel monde cruel.

Comme tu le vois, chère Madame la Ministre, je m'interroge sur la responsabilité ministérielle dans la hausse de la délinquance chez les jeunes, même si souvent le jeune chercheur n'a de juvénile que les prétentions salariales. Je m'inquiète pour ces innocents GloomyLukyHappy auxquels tous les aspirants MCF démunis songeront cet été avec de sataniques espérances et des aspirations morbides.

Ste Pécresse, pansez nos âmes blessées de penseurs machiavéliques...

9 commentaires:

Anonyme a dit…

Un anonyme vous avait conseillé Le Couperet, de Westlake. C'est un peu ça (pour être encore plus près du roman, il faudrait diffuser une annonce bidon sur un poste pour avoir les dossiers les plus dangereux à l'avance).

Anonyme a dit…

Sainte Pecresse,

On peut te pourrir la vie, n'attends pas des inaugurations tranquilles et des colloques amicaux, n'attends pas un tremplin évident vers la présidence, nous sommes nombreux a avoir la rage, nous sommes peut être pas loin de ton cabinet ministériel, (certains font tes discours, qui sais ?) ou de ta petite vie en banlieue chic, nous avons bien moins à perdre que les gentils chercheurs militants bien moins précaires que nous...

Madame, nous sommes capables de faire plus que des suppliques... Nous ne voulons pas la pitié mais exigeons la justice.

Avrel

Anonyme a dit…

Anonyme
On peux continuer à essayer de courir plus vite que le collègue, on peux continuer à se tirer dans les pattes, la plupart resterons sur le carreau ou bien se suicideront discrètement.

Pendant se temps là, les mandarins (CPU, chiens de gardes, ministres et autres carriéristes de la contestation) auront le champs libre.

On peut aussi lutter ensemble et obtenir durablement pour tous.

C'est un peu la morale du couperet de Westlake, je trouve...


Avrel, écrit nous à
chercheurs en colere (AROBAS) gmail.com
(sans espaces)

Pandore ne souhaite peut être pas transformer son blog en forum :-)

Anonyme a dit…

Très drôle.
Cependant, redéfinis la mise au point de ta fronde vengeresse, Fantomette, ce ne sont pas les autres candidats (cette année chanceux) tes ennemis, mais ceux qui décident de l'ouverture de 30 pauvres postes pour plus de 450 péquins surqualifiés, qui poussent la recherche et la créativité dans le gouffre.
Solidarité de classe ! Enfin !

Pandore a dit…

Anonyme 1, évidemment on songe au Couperet, dommage que la réalisation du film n'est pas exploité au mieux une excellente idée de scénario.

Avrel et Anonyme 2, je confirme que ce blog, bien qu'ouvert à toutes les remarques et discussions n'offre sans doute pas le meilleur environnement pour la mise en place d'actions concertées. Si un forum existe déjà ou veut se mettre en place, je me ferai un plaisir de le relayer ici...

Anonyme 2 et 3, aucune inquiétude, je n'ai pas réellement d'envie de meurtre, ni même de vélléités vengeresses. C'était juste un petit billet d'humour car je ne peux m'empêcher de songer à tous ces classés second qui espèrent que.... De mon côté, je n'espère rien, je suis déjà passée à l'après et souhaite à tous mes classées premier de passer un bel été mérité! A part le recrutement de Gloomy pour lequel je peux en vouloir au KKK, il n'y a pas d'acrimonie de ma part. Un peu de regret devant les sacrifices et le stress engendrés par les auditions, mais guère plus.

Je suis tout à fait d'accord sur la nécessité qu'il y a à se serrer les coudes et je pense que des initiatives comme les Opération Postes sont justement là des moyens de pression pour mette un peu de transparence dans le recrutement....

blop a dit…

Sinon, tu peux aussi passer tes vacances en lisant "Petits crimes contre les humanités" de Pierre Cristin (oui, oui, le même que Cristin et Bilal)

Anonyme a dit…

Pierre Cristin auteur d'une thèse de lettres sur les "faits divers" comme quoi il y a des débouchés... même pour les filières dits "inutiles"...


VV

Anonyme a dit…

Oui c'est bien connu, nombreux sont les scénaristes à avoir des thèses et les thésards à écrire des scénaris. Je connais des docteurs caissières de grandes surfaces aussi, comme quoi, une thèse mène à tout, et un arbre cache parfois une forêt ;-)

GL

Pandore a dit…

Blop, merci pour les références de ce Lodge à la française, je ne connaissais pas...