mardi 14 avril 2009

CAMPAGNE 2 - ETAPE 2 : La Séduction

Elle n'aime pas se vendre, c'est son souci. Elle aimerait croire que le meilleur émissaire est le dossier papier, reflet miroir d'un passé qui se construit petit à petit. Mais on lui a dit qu'il fallait jouer le jeu de la séduction. Faire une croix sur ses principes le temps des candidatures, que les mandarins attendaient ça d'elle, que les autres aussi d'ailleurs. Que si ça permettait d'avoir un poste, ça valait peut-être le coup de se forcer et de faire le vendeur d'encyclopédie à sonner à toutes les portes des quartiers résidentiels pour vendre son sourire immaculé et ses slogans éculés. Alors elle a ressorti le vieux mail écrit l'an passé, laborieusement, une demi-heure par phrase, toute phrase pesée et soupesée et repesée. Elle a sorti le vieux mail de l'an passé qu'elle avait déjà tant et tant envoyé.

"Bonjour, je m'appelle Pandore et je cherche un avenir. Comme vous en proposez un, il parait qu'il faut que je vous contacte même si c'est pas dit au JO, alors je joins une photo de moi en maillot de bain, le génome de mes mamies et reste à votre disposition si vous voulez examiner ma dentition et les lignes de ma main pour savoir si je ferai une bonne mule chercheuse..."

Elle a ôté la poussière du vieux mail, remis un peu de lustre. Puis elle a commencé à le renvoyer, en changeant par ci par là un ou deux mots au goût des autres, j'aime la peinture, j'ai toujours rêvé de vivre à Clermont, je serai tellement heureuse d'enseigner l'histoire médiévale, je suis folle de crème brûlée, je fais exactement ce qu'il vous faut, j'ai deux lapins nains, mon mandarin a couché avec votre chef de département à l'époque où il ne prenait pas encore de viagra, je suis une grande spécialiste de la dissection des anguilles en milieu soluble, quand j'étais petite je rêvais d'enseigner le management du transport aérien, etc.

Il a fallu répondre à nouveau à ceux qui répondaient, envoyer des CV, des listes de publication, des descriptifs d'enseignement. Il a fallu relancer ceux qui ne répondaient pas, rappeler, réécrire, appeler le responsable de l'IUT, de la Licence, de la Maîtrise, la secrétaire de l'adjoint du département des crèmes brulées, la femme de l'adjudant du poste de garde.

Il a fallu rejouer au "on ne dit pas/ on dit". Exemple : on ne dit pas "est-ce que vous avez un candidat local? ", mais on dit "est-ce que vous avez déjà des candidats pressentis ou est-ce que le poste est vraiment ouvert?"

Il a fallu flairer le poste moustachu, celui qui est trop travaillé pour s'appliquer à un candidat lambda "On recherche un spécialiste de la systématique des cyanobactéries qui aurait enseigné la nano-physique à des étudiants russophones entre mai 2006 et juin 2007".

A la fin il ne restait plus que 19 chiffres magiques pour lesquels préparer des dossiers. 19 combinaisons de 4 chiffres avec peut-être, à la clé un numéro gagnant...

16 commentaires:

Anonyme a dit…

ça fait du bien de te retrouver. Bon courage !

Pandore a dit…

Je suis aussi contente des retrouvailles et y'a plein d'articles sont le coude à publier : Pandore va bavasser jusqu'en juin ;)

Anonyme a dit…

bravo Pandore pour ton blog qui je suis sûre parle à tous les aspirants MCF! Ravie d'apprendre que tu reviens sur ton blog, je vais me sentir moins seul pendant cette campagne!
19 postes c'est énorme comparé à d'autres sections.

Anonyme a dit…

le e est resté collé au clavier!

m'irza a dit…

Moi ce que j'aimais encore moins que ça, c'était de ne pas laisser le choix aux lecteurs.

Je concevais une candidature en commençant par exposer qui je suis, ce que je fais, en quoi ça colle avec les demandes. Et puis je m'arrêtais là parce que je voulais laisser aux lecteurs, aux recruteurs, la liberté d'imaginer ce que je pourrais apporter, comment je pourrais m'intégrer, à quoi je pourrais participer etc. Je pensais (naïvement !) que ça les motiverait plus, que ça les attacherait plus à ma candidature si je les laissais en imaginer un bout eux-mêmes. Et puis ce sont eux qui sont déjà sur place, moi je voulais attendre de bien connaître la situation pour proposer des choses plus concrètes. Erreur. Grave erreur.

Mais alors le problème que je réalise à changer de tactique, c'est que l'on s'attache aux postes. On s'y voit déjà, on se construit comme une nouvelle réalité, avec des ça sera génial, des je ferai ci, je monterai ça, j'apporterai tel truc au projet lambda... tout ça nous engage, mais n'engage que nous. De l'autre côté, il nous faut envoyer une enveloppe toute prête pour espérer qu'on nous réponde — par une lettre-type. On nous dit l'éthique interdit de faire connaissance plus avant. Comme s'il n'y avait que nous qui devions nous engager dans cette aventure professionnelle !

Tout cela m'attriste, encore plus que le jeu de séduction.

(Tiens, à l'instant je lisais un texte sur la revue des ressources qui parlait de mentir pour obtenir un travail, puis travailler pour entretenir les moyens du mensonge. Pendant longtemps je me suis refusée à pratiquer un certain nombre de choses dans ce jeu des candidatures parce que je pensais que ça serait transformer la réalité. Mais c'est faux. En tout cas je crois que j'ai trouvé un juste milieu cette fois, quelque chose de l'ordre du rentre-dedans réaliste, où je peux mettre mes tripes à nu. C'est un bon exercice finalement — même si, à présent, je passerais volontiers à l'étape suivante...)

Bon. C'est un peu sans queue ni tête ce commentaire, pardon. Remarque, je le laisse tout de même !

Anonyme a dit…

ravi de te retrouver cela dit

Anonyme a dit…

A la recherche d'info quand j'ai commence mon dossier de qualif en decembre, je suis tombee sur ce blog genial, a la fois informatif et tres drole... si on aime un chouia l'humour noir et qu'on pratique un peu l'autoderision !
Les eloges etant faites, j'aimerais savoir si quelqu'un a une vague idee de la periode a laquelle se font generalement les entretiens. Bah ouais, ca fait 4 ans que j'ai ma these, mais apres 1 annee d'ATER, je suis partie voguer sur d'autres mers (en Nouvelle Zelande et Australie) et c'est la premiere fois que je postule quelque part ! Oh joie ! Etant donc en Australie, je suis un peu inquiete, au cas ou je serais prise a l'entretien (l'optimisme antipodien est contagieux), de le savoir tard et de ne jamais de trouver de billets d'avion abordables ou qui me font arriver a temps ! Au moins, le cote positif des choses, c'est que je n'ai pose ma candidature qu'a un unique poste MCF, c'est plus simple a gerer que les 19 postes de Pandore !!! Deja que j'ai frole la crise cardiaque en suivant les peripeties de mon dossier sur le site web de la poste Australienne (qui n'a rien a envier a la poste Francaise)...

mowglinomade a dit…

Mon préféré dans ma section c'était "économie du micro crédit et du retraitement des eaux usés au sud Ghana avec expérience de terrain dans la banlieue de Kumassi". Je n'ai pas retrouvé l'intitulé exact puisque la deadline est dépassée, mais j'exagère à peine. Là ou c'est pas de chance, c'est que c'est un trois postes qui me permettait de concilier travail et famille.

Du coup je n'ai pas vraiment joué le jeu (c'est ma première campagne, le choc des cultures....), j'ai envoyé les pièces du JO stricto sensu, et j'ai pris la sortie "postdoc sur campus vert américain" avec une option "culture potagère et apprentissage machine à coudre pour vie en autarcie dans la cambrousse pyrénéénne" au second semestre.

Anonyme a dit…

Bonjour

Anonyme : pour ce qui est des entretiens moi j'ai été prévenu un semaine avant la date d'audition.


Sinon, je viens d'apprendre que suite aux auditions, le classement d'un poste auquel je postulais a été suspendu par veto du directeur de l'école interne concernée...
D'après le service du personnel : ce dernier était insatisfait du classement de sa candidate ! (sic)

La LRU n'était-elle pas présentée comme une loi anti-localisme ?

Plein de bonnes choses à tous!
Brat

mixlamalice a dit…

Salut,

je suis tombé ici par le biais du blog de n. hohls... (à vos souhaits).

Je suis dans la même situation que toi et donc mes conseils n'en sont pas forcément puisque je ne peux pas me prévaloir d'avoir obtenu un poste pour valider mon expérience.

Cela dit, à mon avis tu t'y prends à l'envers (bien qu'à l'endroit selon la procédure officielle, mais c'est un peu comme pour les dossiers, tout est en fait dans les non-dits): il faut D'ABORD se faire une sélection de quelques labos ou on aimerait bosser (10-15) puis aller au contact avec des personnes dans ces labos, aux alentours de septembre, pour leur demander s'ils pensent oui ou non avoir un poste et si oui ou non ton profil peut les intéresser.
Eventuellement en leur demandant de faire un séminaire chez eux.

Généralement quand les postes sont publiés, il reste de ces démarches fastidieuses 2-3 contacts plus élaborés que les autres et qui ont un poste, ce qui permet ensuite de travailler à la mise en forme du dossier de façon plus personnelle, avec l'aide dudit labo ou d'une de ses équipes.
Et donc d'augmenter ses chances d'être auditionné, et éventuellement classé.

Rien n'empêche d'augmenter un peu le nombre de candidatures en allant à la pêche sur antares mais à mon avis quand le poste est publié c'est souvent trop tard: même s'il n'y a pas de candidat local, il y a deux-trois candidats qui font le forcing depuis six mois, qui sont connus et qui ont travaillé avec le labo sur un projet.

Et quoi qu'il en soit, 15-20 dossiers ça me semble trop, je pense qu'il faut se limiter aux alentours de 5 pour être crédible et avoir le temps de bosser un minimum chaque projet. Mieux vaut 4-5 projets adaptés à la ou on postule et sur lesquels on sait ce qu'on raconte plutôt que 20 projets semi-foireux ou 1 projet trop générique qui brasse du vent. Avec 20 minutes d'audition, je pense que le flou artistique se repère vite et se révèle éliminatoire.

Good luck en tout cas. Et bravo pour tes articles fort bien écrits, le découpage en plusieurs étapes est très bien vu, bien qu'il demande j'imagine pas mal d'abnégation. Je me suis fendu d'un seul pavé sur le sujet et ça m'a déjà gavé...

Pandore a dit…

Zut, j'avais oublié de répondre ici aussi...

Mirza, je sais pour la tristesse...

Anonyme australien(ne), les auditions se feront je pense entre la semaine prochaine et début juin. Et parfois tu ne le sais que 4/5 jours avant.

mowglinomade, j'adore! On aurait pu l'inventer celui-ci. Tu nous diras si c'est toi qui connait le Gloomy 2009? Parce qu'avec un tel intitulé, ça s'annonce bien!

Brat :( une histoire de plus à verser au dossier en 15 tomes.

Mixlamalice, je pense que ça dépend des disciplines. J'ai une discipline où ton approche serait la bonne et une où elle serait complètement impossible. Après quand tu es en postdoc, tu es coincé : pas de temps ni de coudée franche pour battre la campagne et prospecter. Quand aux projets de recherche et d'enseignement, mon Créon de cette année me l'a dit : inutile de passer trop de temps dessus. Le projet sera SURTOUT fourni par la suite, là on chercher des gens doués, c'est tout.

mixlamalice a dit…

Je suis en post-doc aux US, j'ai réussi à revenir deux fois en France, l'une en novembre pour une 'conférence internationale' un peu dans le genre de celle que tu as décrit ailleurs (mais mon chef a été sympa), et j'en ai profité pour faire deux-trois séminaires. Puis je suis revenu il y a deux mois pour voir mon contact le plus abouti, faire un nouveau séminaire dans mon labo, et j'ai rajouté encore deux visites.
Bien sûr il faut tomber sur un chef cool, c'est pas évident et on a parfois (souvent) l'impression de pisser dans un violon quand le directeur du labo vous dit "c'est gentil d'avoir fait 6000 bornes pour un séminaire interne de 20 minutes mais de toute façon on soutiendra Jean-Pierre qui est jamais sorti du bureau en face, bonne chance pour la suite", mais prospecter en post-doc, c'est possible.
Pour le projet, ça doit dépendre des disciplines effectivement car ma mentor m'a elle dit, "pas de projet, pas d'audition... et projet accouché avec une équipe du labo = beaucoup beaucoup plus de chances d'être classé".

Pandore a dit…

Je suis d'accord sur le fond : plus tu as eu de contacts avec les gens du labo et de l'équipe pédagogique et plus tu as de chances d'être auditionné puis retenu.

Mais ça peut aussi marcher sans rien, cf un poste où j'ai été classée seconde l'an passé sans avoir eu de contact, sans rien connaître de ces gens, etc.

La discipline compte beaucoup, les pratiques et les usages sont très différents d'une section à l'autre. Dans des disciplines où il n'y a que 3/4 postes, le jeu n'est pas le même que dans une discipline où il y en a une centaine.

Tu es auditionné dans ce labo finalement?

(pour info, je n'ai même pas candidaté sur un poste dans mon propre labo parce que "réservé" :))

mixlamalice a dit…

J'ai fait une faute de frappe, ce n'est pas dans mon labo que j'ai donné un séminaire (mon labo par principe ne recrute pas en local... comme en plus le directeur actuel ne peut pas blairer mon ex-chef, ils ne risquent pas de déroger à leurs principes pour moi).
Bref, comme j'aimerais bien sortir aussi des résultats de mon post-doc, comme j'ai ressenti la volonté farouche de la communauté pour me faire revenir, comme j'ai pu vivre par moi-même quel merdier infâme cette procédure était (qui, bien que l'on encourage les gens à aller se post-former à l'étranger pour s'ouvrir l'esprit, favorise infiniment plus le gars qui n'a jamais sorti le cul de Paris, 5ème arrondissement), je n'ai cette année présenté qu'un seul projet (qui a valu pour deux postes ouverts dans le même labo). Et oui, j'ai gagné le droit à deux auditions, plus une pré-audition facultativo-obligatoire. Le tout réparti sur une période de trois semaines, pour 25 minutes à chaque fois (heureusement, mon chef américain est très compréhensif, et heureusement j'ai réussi à faire douiller le labo - cela dit, le séminaire le mois dernier avait été à mes frais).
Ca commence la semaine prochaine.

HerrDoktor a dit…

Moi dans une université on m'a dit pas de projet avec l'équipe pas d'audition de toute façon, et c'est ce qui s'est passé.
Dans une autre non mais j'ai eu l'occasion de contacter l'équipe après.

Pandore a dit…

Mixlamalice, tu as de la chance que tout ça ait pu bien s'arranger. Bon courage pour la suite!

HerrDoktor, encore une fois, je pense que ça dépend des disciplines ET des postes. Tu as des postes où on recherche explicitement un enseignant et où ce que fait le chercheur importe peu.
Après, il est évident que les KKK préfèrent recruter des forces de recherche donc il est préférable de montrer que tu pourras t'intégrer avec l'équipe existante.