mercredi 10 septembre 2008

Bingooooooo!

Au lieu d'aller affronter cette nouvelle année de campagne au cri de Banzaaaaiiiiii!, je propose le moins guerrier et plus ludique Bingoooooo!

En effet, Antares le maudit est de retour et, depuis quelques jours, l'aspirant MCF entame sa saison 2 (pour ceux qui n'ont pas suivi, y'a un feuilleton tragicomique en 7 épisodes dans la colonne de gauche de ce blog). Antares propose de repartir de l'épisode 3 : deviens qualifié. L'objectif est d'obtenir un petit numéro à deux chiffres qui ornera le dossier de candidature.

Quand on est un vieux routier de la Qualificaudition, on a le droit de jouer au Bingo. Pour ceux dont les grand-parents boycottent les clubs d'anciens du jeudi après-midi ou les folles soirées choucroute communales, je signale que le Bingo est un jeu particulièrement hasardeux qui consiste à couvrir une grille pleine de numéros avec des numéros correspondants tirés dans le chapeau du maire ou le seau à choucroute par une main innocente dont le tremblement vient davantage de l'âge que de l'émotion. Il faut compléter sa grille le plus vite possible et hurler Bingoooooo! jusqu'à la trépanation des sonotones de ses voisines de table. On peut gagner au choix un panier garni ou un porcelet vivant selon que l'on vive en ville ou en campagne.

Si tu es jeune et que tu veux goûter au succédané de ce jeu haletant, inscris-toi sur Antares, c'est le moment : tu as jusqu'au 14 octobre pour participer et jusqu'au 10 décembre pour soutenir une thèse sur le sujet de ton choix (si tu n'as pas d'idée, je te suggère des sujets à la mode comme "K routchevisation bushienne et thatcherisatio sarkozienne : étude de la sinusoïdale de la privatisation postale française et de la nationalisation bancaire étatsunienne. " ou "Erosion de crédibilité olympique par expansion de mélanine lactée "). Si tu as déjà joué, n'hésite pas à faire comme cette bonne vieille Pandore et à recommencer. La Recherche Française est pauvre, et notre chère marraine Valérie n'a pas les deniers communaux pour offrir un porcelet ou un panier garni, mais plus on a de numéros et plus c'est rigolo.

Sur la grille pandorienne, la thèse, Influence de la musique baroque sur la croissance de la vigne bordelaise entre 3 heures et 5 heures du matin dans l'hémisphère nord*, a déjà permis de cocher le numéro 68 (Biologie des organismes) et 23 (Géographie physique, humaine, économique et régionale), aussi, cette année, je tente de décrocher le numéro 22 (Histoire et civilisations : histoire des mondes modernes, histoire du monde contemporain ; de l'art ; de la musique). Pourquoi c'est rigolo? Parce que la dernière campagne m'a appris qu'il ne faut pas dire aux gens de la 68 qu'on a eu le 23 et inversement. La Recherche Française est pauvre et ses ouailles n'aiment pas ceux qui mangent à plusieurs râteliers. Donc plus on a de numéros et plus il faudra feindre, ça mettra un peu de piment à la campagne 2009!

Allez, bonne rentrée à tous, la campagne 2009 sera ludique!


(* charmant lecteur, gracieuse lectrice, je t'économise 45 secondes de procrastination, il est inutile de googéliser cette thèse, son petit nom en est beaucoup trop charmant pour être réel.)

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Salut Pandore, content de te revoir écrire...

Bien, ceci est un message intéressé :
on a besoin de gens comme toi avec nous, prêts à parler de la précarité (et qui écrivent bien qui plus est) nous avons de la place dans les rubriques qui pourraient t'inspirer.

(témoignages ou bien "balance ton mandarin !"
par exemple...)

tiens nous au courant

TEXEROLAS
voir ici

http://www.collectif-papera.org/

Anonyme a dit…

Enfin de retour ! Pandore, ton humour et tes conseils avisés commençaient à me manquer. Les conseils justement : tu a écris "il ne faut pas dire aux gens de la 68 qu'on a eu le 23 et inversement". Mais ne le savent-ils pas automatiquement grâce au maître du jeu antares? "Omettre" de préciser que l'on est déjà qualifié dans une autre section est peut-être aussi risqué?

Nanuk

coulmont a dit…

Bonjour Pandore.
Je cherche à vous faire parvenir une page scannée d'un manuel qui pourrait vous amuser...
comment trouver votre mail ?

Pandore a dit…

Texerolas, parler de la précarité, c'est un peu le sujet de ce blog ;) Néanmoins je tiens ma plume à disposition, tu peux utiliser le mail ci-dessous pour me contacter.

Nanuk, quand j'ai décroché ma seconde qualification, j'étais fière comme un petit coq car c'était dans une discipline réputée peu ouverte à l'interdisciplinarité. Du coup, j'ai mis en avant mes doubles compétences lors de la campagnede recrutement. Le jour où un responsable de labo m'a dit : " ah oui mais vous êtes géographe, nous on cherche un vrai biologiste!", je me suis souvenue que j'étais en France. La pluridisciplinarité est mal reconnue ici, au lieu de voir qu'on est un géographe ET un biologiste, on nous voit comme des demi scientifiques un peu batards qui savent un peu de tout et rien de bien!

Dans la pratique, cela va varier selon les disciplines : certaines qualifications peuvent renforcer ton dossier ou te donner un côté exotique qui te permettra de te démarquer. Mais d'autres peuvent faire peur.
Tout dépend de ce que tu veux et de qui est en face.
Pour l'an prochain, il est évident que dans certains dossiers, j'omettrai de mentionner tous les numéros de qualif. Pour d'autres non. Je ferai pareil avec les publications. En fait, personne ne vérifie que Antares quelle qualification tu as, tu es donc libre d'afficher ce que tu veux (tant que tu as eu la qualif, hein? je ne dis pas qu'il faut broder mais peut-être dissimuler).

C'est un triste constat, ça me rappelle ces gens surdiplômés qui finissent par alléger leurs CV pour trouver un boulot.

Enfin, je ne pense pas qu'omettre une qualif soit risquée : c'est toi qui choisis de sélectionner les informations pour présenter ta candidature donc il peut être normal de ne pas tout dire.

Mais je répète, ça reste au cas par cas, selon les disciplines, les profils de poste et l'ouverture d'esprit des gens en face.

Baptiste Coulmont, je viens de créer elpide@gmail.com, adresse à disposition des lecteurs et de leurs envois généreux. :)

coulmont a dit…

Une des qualifications se voit dans le numéro ANTARES : un 19 si c'est une qualif en socio, un 20 si c'est en anthropo... Quand on ne sait pas trop quelle est la discipline de référence de la candidate, on se réfère au numéro ANTARES... ("on" : les membres des commissions de spé)

Anonyme a dit…

Salut Pandore

Je te réponds ici, car si il est important et utile (et sympa) d'écrire et de parler, c'est aussi l'occasion de lutter ensemble et se détacher des préoccupations personnelles et stratégies individualistes (type ANTARES et autre super CV).

C'est pour cette raison qu'on t'invite dans notre groupe, nous voulons faire des actions collectives. Il faut aussi agir ensemble, la parole sert aussi l'action.

Une réunion est organisée mardi prochain à Jussieu

----
"Aujourd'hui, dans le monde de la recherche, la précarité est une des questions qui clivent. Entre ceux qui pensent que la précarité génère des bras utiles et/ou est un bon moyen pour sélectionner des soit disant élites et ceux qui pensent que la précarité est juste un moyen de pression et de pilotage de la recherche... il y a deux visions différentes de nos métiers et des luttes à mener.

Depuis quelques année, les mêmes personnes se retrouvent sur ce constat et... dans les manifs devant le ministère... A la suite de la dernière d'entre elles, nous nous sommes proposés de nous retrouver avec deux buts à court terme (qui ne sont que des propositions, toute discussion sera ouverte, évidemment) :

- avoir une apparition commune lors de la manif éducation nationale du 19 octobre
- appeler à une AG de la recherche sur la question de la précarité

Il existe déjà, par ailleurs, plusieurs structures qui travaillent déjà sur ces questions. L'idée n'est donc pas de faire une autre structure perenne mais et de les faire connaître de voir ce que l'on peut faire ensemble, en se fixant quelques premières échéances.

Nous nous réunirons mardi 30 septembre à 19h30 dans les locaux syndicaux de Jussieu (quai Saint Bernard, voir plan attaché).
Bienvenus à tous et à toutes, précaires et non précaires... pour la construction des luttes à venir."
----
RDV 30 SEPTEMBRE 19h30
M Jussieu Fac Jussieu, quai St Bernard (devant la tour 30)
----

Pour info, il y a actuellement un grand débat sur SLR pour savoir si oui ou non les mandarins existent (si, si). Il me semble (comme pour beaucoup ici) que la question ne se pose pas, mais il faut se faire entendre à SLR ou bien ailleurs.

Bref envoie nous des articles anciens ou récent, et viens nous rencontrer pour agir.

Lutter c'est pas la certitude de gagner mais ne pas le faire c'est la certitude de perdre.

désolé pour la moraline

TEXEROLAS

collectif pour l'Abolition de la Précarité dans l'Enseignement Supérieur et Ailleurs.

http://www.collectif-papera.org

Olivier Ertzscheid a dit…

Bonjour,
Oubliez désormais ANTARES, et dites bonjour à GALAXIE :-))
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2008/09/caaapitaine-fla.html

Anonyme a dit…

tout le monde viens se faire de la pub ici ?

Pandore a dit…

Il y a un numéro par qualification donc 2 qualifs = 2 numéros dont les intitulés permettent effectivement de savoir dans quelle section la qualif a été obtenue. Si on ne veut mentionner qu'une seule qualification, il suffit de donner uniquement le numéro correspondant.

Texerolas, comme j'ai eu l'occasion de l'écrire ici ou là, je ne suis plus sûre d'avoir l'énergie de revendiquer sur le mode traditionnel. 1) parce que le gouvernement actuel n'a aucune considération pour les gens qui marchent dans la rue et signent des pétitions à moins bien sûr que les média s'en mèlent (cf l'historique de tous les mouvements protestataires de ces derniers mois) 2) parce que quelque part, il faut prendre ses responsabilités : quand un monde ne nous plait pas, si l'on sent qu'il ne bougera pas, il est vain d'essayer d'y rentrer. Donc il revient aux précaires de REFUSER de participer à la précarisation. Cela peut te paraître assez cynique, mais tant que des doctorants accepteront de bosser sans garantie, tant que des docteurs accepteront des contrats merdouillesques parce qu'ils pensent qu'il y a un joli poste à la clef, les choses ne bougeront pas. Le législatif pourrait effectivement changer tout ça, mais penses-tu sincérement que Madame Valérie ait la moindre envie d'aller dans ce sens?

Personnellement, ma position est claire : encore un an de précarité et je change de métier. Inutile de m'acharner pour intégrer un monde qui en vaut de moins en moins la peine. C'est dommage pour la Recherche, c'est dommage pour le prix qu'aura coûté à la société ma formation mais tant que Mandarins et Gloomy feront la loi, je ne suis pas sûre d'y avoir ma place...

Je vous ferai un peu de pub pour la réunion de mardi, je ne pourrai pas en être, le précaire est souvent bien occupé, mais je t'envoie un mail pour le reste.

Olivier, la nouvelle est superbe pour relancer le feuilleton : bientôt sur ce blog, un épisode intergalactique où Princesse Pécresse sera défendu par Maître Darcos, un membre de la caste de sages-guerriers aux nombreux pouvoirs psychiques (télékinésie, prescience…) qu'ils tirent de ce qu'ils nomment la Force. Merci pour le lien vers ce blog...

Anonyme, ce doit être la rançon du succès ;) Tant que les pubs ne concernent pas des enlargeurs de pénis ou des vendeurs de chemises vichy pour jeunes umpistes, je tolère, voir même j'encourage..

Anonyme a dit…

Chère Pandore

Il n'est pas question pour nous de revendiquer sur le mode manif plan-plan et autre academic pride.

Nous ne voulons pas des réformes de la sinistre Pecresse mais nous ne voulons pas non plus maintenir ce système en l'état. Sous la coupe des mandarins ou des bailleurs de fond/mécènes (pour moi c'est la même chose).

Je te rejoins sur la "servitude volontaire" des précaires de l'enseignement supérieur.

C'est pour sortir de cette servitude individuelle que nous organisons des réunions un mardi sur deux (et plus parfois) voir sur PAPERA les annonces...

Le site existe pour collecter des témoignages, échanger des informations et des conseils pour lutter contre l'exploitation au labo.

Nous cherchons aussi des gens pour participer aux actions, ça peut être très concret pour attaquer un baron local "sans mouiller ses victimes" pour autant et autres "festivités institutionnelles".

Bref il y a du boulot, donc si parmi tes lecteurs certains veulent changer leur dépit, déprime et autre résignation en colère, bah c'est l'occasion.

TEXEROLAS
http://collectif-papera.org/

Anonyme a dit…

PS
J'ai eu ton courriel mais ton mail ne semble pas fonctionner Pandore

Tex

Pandore a dit…

Texerolas,

Mail bien reçu donc l'adresse est bonne ;)